le logo de Socratic point Dev

Le divertissement : l’ultime moteur de progrès social au XXIe siècle?

samedi 26 octobre 2019 par SocraticDev

Ceci est une reprise de mon blog post du 13 août 2018. J'avais alors publié quelques lignes à propos d'un talk de Michael Soussan à Google afin de mieux réfléchir.

Les auteurs de blogs personnels ont parfois l'impression de n'écrire que pour eux-mêmes. Pourtant, quelques jours après la publication, depuis Los Angeles, Michael Soussan, est gentiment entré en contact avec moi pour me donner des informations supplémentaires sur la corruption dans le monde de l’aide humanitaire et réitérer l’importance de sensibiliser les leaders humanistes de demain à cette arme d’éducation massive : le divertissement.

Merci Maxim (sic). Oui, le divertissement reste le meilleur moyen d’informer.

The problem we have (in Trump and elsewhere) is that corrupt assholes are more entertaining than good bureaucrats.

Début du post d'août 2018

Lors d’un récent talk à Google, le Danois-Américain et auteur de “Backstabbing for beginners:My Crash Course in International Diplomacy”, Michael Soussan, pose un diagnostic sur le péril des démocraties occidentales. Sa thèse est que la corruption est la première cause de la faillite des démocraties.

Qui est Michael Soussan ?

Alors employé de l’ONU, Soussan a mis à jour la corruption systémique existante au sein du programme humanitaire oil-for-food destiné à venir en aide aux Iraquiens sous le régime autoritaire de Saddam Hussein ; suite à la Guerre du Golfe de 1990-91. Plus de 200 intervenants occidentaux (chefs d’entreprises publiques, diplomates, etc.) recevaient des redevances du régime iraquien pour leur participation au projet.

En 2004, Soussan a alerté les médias et une enquête du FBI et de Scotland Yard a confirmé ses accusations.

Voir l’ Affaire pétrole contre nourriture

Aujourd’hui

Aujourd’hui, Michael Soussan est consultant, conférencier et auteur à Hollywood. Il s’inquiète de la montée de l’autoritarisme aux États-Unis et dans certains pays d’Europe ainsi que de l’insouciance et de l’inertie de la société civile.

Prenant pour acquis le déficit d’attention acquis (ADD) d’une majorité de la population occidentale, il propose que la conscientisation et le progrès social se fera via le divertissement. Par exemple, il constate qu’autrefois les grands médias traditionnels étaient le chien de garde de l’État alors qu’aujourd’hui ce sont plutôt les humoristes de shows de fin de soirées qui critiquent le plus finement les infractions des gens au pouvoir.

Quelques citations tirées du talk à Google

La corruption fonctionne un peu comme la magie : la diversion est une partie intégrante de comment la corruption fonctionne

Nous avons un déficit d’attention [ADD] comme génération : si on ne nous divertit pas, alors on s’en fout

Nous pouvons nous divertir nous-mêmes et nous cliquer nous-mêmes dans une tyrannie [il parle des click-baits sur les médias sociaux]